Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« In your heaaaad... »

par Cécilia

publié dans Personnages

Quand on passe un bac littéraire, une licence de Sciences du Langage et une prépa orthophoniste, on sait à l'avance et à peu près à coup sûr qu'il n'y aura pas beaucoup de garçons.

Les premiers temps, je vous l'accorde, ça fait un peu peur : toutes ces autres nanas, tous ces sacs à mains, ces rouges à lèvres et ces langues bien pendues, qui se regardent entre elles d'un air un peu méfiant, comme autant de promesses de crêpages de chignons stupides et interminables. Pas un mec à l'horizon pour rigoler un peu ; les quelques intéressés par lesdites études auront sans doute renoncé par peur de se faire piétiner par cette masse de furies endiablées. Quelques intrépides s'y risquent de temps en temps, guidés seulement par la soif de réussir, la rage de vaincre ; d'autres encore, se glissent naïvement dans cette foule féminine, en pensant y trouver l'amour ou je ne sais quoi encore - mais ceux-là finissent souvent par abandonner en cours d'année, quand leur instinct de survie refait enfin surface.

Zombie - Fimo

Zombie - Fimo

Eh puis bon, finalement, on finit par s'y faire. Au bout de quelques années, j'ai même fini par admettre que les filles n'étaient pas si méchantes entre elles - à moins que le domaine de l'orthophonie ne soit un miraculé parmi les innombrables proies à la cruauté féminine dont on entend parler tous les jours.

Et cette année, surprise : un nouvel intrépide s'était invité parmi les dix-sept nénettes qui allaient, comme moi, préparer le concours d'orthophoniste...

Bon, intrépide n'est peut-être pas le mot auquel on penserait en premier ! C'est plutôt son détachement, voire une certaine indifférence, qui faisaient sa force... Au début, en tout cas.

Zombie - Fimo
Zombie - Fimo
Zombie - Fimo
Zombie - Fimo

Zombie - Fimo

Oui, parce qu'au bout d'une année à devoir assumer seul le rôle d'homme viril dans cette prépa de dix-sept nanas, je crois qu'il a fini par prendre goût au petits potins près de la machine à café, aux histoires d'amour trépidantes et aux problèmes de cœur de chacune, aux discussions enflammées sur la meilleure méthode d'épilation, aux chansons de la Reine des Neiges et aux feutres qui sentent bon.

Il a même fini par enfiler mon bonnet à pompons, mon écharpe géante et mon sac à main à strass - c'est d'ailleurs là que j'ai commencé à me dire qu'il était temps pour lui que l'année se termine - bref, tout ça méritait bien un petit fimotage d'anniversaire... Avec un peu de sang, parce qu'il m'en a réclamé toute l'année.

Wilson, j'espère que tu retrouves peu à peu tes esprits après ces quelques mois avec nous.

Merci d'avoir été ma meilleure copine cette année. Et encore Joyeux Anniversaire :)

Commenter cet article